–>Eco-responsabilité

–>Communauté de communes

–>Transfert de compétences

–>Mutualisation de moyens…

Et

–>Impact sur vos impôts

 

 

Oui, vous avez bien lu. Vos impôts locaux , malgré de belles intentions,  augmentent encore.

Cliquer pour agrandir

 Seul Monsieur Costes, représentant de la liste Saint-Hilaire-l’Océan-2020, s’est opposé à cette augmentation.

 La communauté de communes du Pays de Saint-Gilles vient de voter l’institution d’un nouveau prélèvement de 2.56% sur la taxe foncière au profit de l’intercommunalité.

Cliquez pour agrandir

Une évolution favorable!

La communauté de communes avait déjà instauré en 2017 la taxe GEMAPI (« GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations »)  et voter son augmentation en 2018.

Dans le même temps, la communauté de communes à voter une augmentation importante de la taxe de  séjour ( dont une partie sera versée en subvention à la ville de Saint-Hilaire-de-Riez pour des décors de cinéma autour de l’ancien casino de Sion)

 Nous sommes affligés par l’argumentaire qui justifie l’instauration de cette nouvelle taxe de 2.56% : « cette augmentation de la fiscalité est due à la mise en place de la Roemi (redevance des ordures ménagères)qui rapporte 1.5 million d’euros de moins que la TEOM (taxe sur les ordures ménagères)».

D’un côté la communauté de communes incite les citoyens à faire l’effort pour mieux trier leurs déchets afin de diminuer les dépenses de retraitement et de l’autre on avance un manque de rentrée d’argent dû à cet effort citoyen pour justifier l’obligation d’augmenter les impôts? 

Qui peut comprendre?

Nous, notre analyse est tout autre :

  • il faut payer les études d’un port qui ne se fera pas et qui est un des grands projets inutile et d’un autre temps
  • il faut payer des bâtiments mal étudiés et énergivores comme la piscine intercommunale
  • il faut payer l’agrandissement des bâtiments récents de la communauté de communes
  • il faut payer les indemnités des 13 vice présidents et du président de la communauté de communes tous déjà maire.
  • Il faut payer , il faut payer…,  l’argent public n’est pourtant pas inépuisable mais gare à  celui qui  poserait des questions gênantes ou essayerait de faire entendre une voix différente.

 En même temps que les impôts de la communauté de communes augmentent, le coût des services augmentent. 

 Jusqu’où, jusqu’à quand, allons-nous nous laisser entraîner dans ces dérives ?