Quelques jours après le référendum, nous apprenons sur le site de la mairie qu’une enquêté publique pour modification du PLU sur la zone de  l’îlot Jeanne d’Arc se déroulera du 3 novembre au 5 décembre 2014. 

L’arrêté d’enquête publique a été signé par notre maire ,  Laurent Boudelier le 26 septembre 2014, c’est à dire 3 semaines avant la date du référendum.

Pour agrandir, cliquez sur l'image

Pour agrandir, cliquez sur l’image

Document1

Courrier Vendéen du 16 octobre 2014

Cette enquête publique jamais mentionnée ni dans le dossier du référendum, ni pendant la campagne a même été niée par le maire lui même. (voir article du Courrier Vendéen du 16 octobre ci contre).

Pourquoi une telle attitude?

Le projet n’est pas si avancé qu’on vous l’a laissé croire. Il y a encore bien des étapes à franchir. 

Suite à cette enquête publique qui débute le 3 novembre, il y en aura une autre sur le captage d’eau en mer. Étrange, mais c’est la la seule dont parle M. Boudelier dans l’article du Courrier Vendéen.

Et… le passage en force continue

Sans attendre le résultat de l’enquête publique, monsieur le maire met en délibération du prochain conseil municipal du vendredi 31 octobre l’autorisation de signer l’acte authentique de vente de l’îlot Jeanne d’Arc avec le promoteur CCY Invest.  (page 4 de la note de synthèse du Conseil Municipal du 31 octobre 2014)

Rappelons que déjà à l’automne 2013, quelques jours après la clôture de l’enquête publique sur le PLU, nous apprenions à grand renfort de publicité l’existence de ce projet immobilier/thalasso. Aucune information n’avait été communiquée pendant la durée de l’enquête publique.

Rappelons également qu’en mars 2014, à 10 jours des élections municipales, monsieur Fraisse avait signé le compromis de vente contrairement à la tradition républicaine qui veut que la municipalité n’engage pas de gros projets à quelques mois de l’élection.

Décidément, la gestion de projet sur l’îlot Jeanne d’Arc est loin d’être un modèle démocratique.